Sites historiques et coloniaux
au Cambodge

Se définissant en tant qu’espace géographique à part entière, la péninsule indochinoise résonne comme l’une des pièces maîtresses de l’empire colonial français. Menée par la politique coloniale de Napoléon III sous le second empire, c’est dès la moitié du XIXème siècle que la France annexe l’Indochine.

 

 

 

C’est donc l’ensemble de la région qui foisonne de vestiges de cette époque caractérisée par un style architectural unique. Dans de grandes villes comme dans de petits villages plus reculés, ces bâtiments d’un genre à part, vous touchent par l’imagerie pittoresque qui s’en dégage. Ces villas et bâtiments administratifs d’un temps révolu fascinent par l’audacieuse créativité des leurs architectes. Des façades jaunes ocre à colonnades, aux carrelages aux motifs floraux et jusqu’à la construction d’édifices de conception Art Déco, le Cambodge fut l’objet d’expérimentations architecturales les plus variées.

 


 

Fleuron de ce patrimoine, le « Phsar Thmey » ou marché central, y occupe une place de choix. Au coeur de Phnom Penh et formant une croix vu du ciel, il est considéré comme le plus grand marché d’Asie, à son inauguration en 1937. Sa réputation dépassa alors aisément les frontières du Cambodge.

 

Nombreux sont ces bâtiments à s’être intégrés à la ville moderne, parfois de façon surprenante. Laissez-vous charmer par la découverte hasardeuse de ces perles qui peuvent surgir à chaque coin de rue !